Nouvelles

Déclaration de l’ACMG au sujet du plan « De l’innovation à l’action » proposé par le Conseil de la fédération

Toronto, 27 juillet 2012 – Le texte qui suit est une déclaration de Jim Keon, président de l’Association canadienne du médicament générique (ACMG), à propos du plan proposé par le Conseil de la fédération sur l’innovation en matière de santé, intitulé De l’innovation à l’action.

L’ACMG et ses compagnies membres reconnaissent la nécessité de réformer le système de santé et appuient les initiatives des provinces et des territoires. Le secteur du médicament générique a collaboré avec les gouvernements provinciaux dans la mise en œuvre de réformes importantes du régime des médicaments depuis 2006, qui ont amené des réductions drastiques des prix des médicaments génériques. Ces refontes de la tarification des génériques entraînent des centaines de millions de dollars d’économies pour la population et les payeurs privés chaque année.

Toutefois, le secteur du médicament générique met les provinces en garde contre le projet de regroupement des achats de médicaments génériques d’ordonnance dans l’ensemble du Canada. Cette option pourrait avoir des conséquences négatives sur la production pharmaceutique nationale et créer une instabilité dans la chaîne d’approvisionnement canadienne des médicaments.

Selon les données d’IMS Brogan, la principale source d’information dans le domaine des ventes de médicaments d’ordonnance, les produits génériques servent à exécuter plus de 60 pour cent des prescriptions au Canada, tout en ne comptant que pour moins de 25 pour cent des 22 milliards de dollars de la facture annuelle des médicaments. Au Canada, le prix moyen d’un médicament d’origine est de 73,76 dollars, comparativement à 25,04 dollars pour un médicament générique. Comme on le voit, les médicaments génériques constituent une source d’économies précieuses pour les Canadiens, des économies qui augmentent constamment.

Les achats groupés ou les appels d’offres risquent de créer un système où le gagnant emporte tout, qui dissuaderait les fabricants de génériques de commercialiser de nouveaux produits et écarterait les concurrents du marché. Le recours aux appels d’offres peut également créer des incertitudes et contribuer à des pénuries comme celle que nous avons connue récemment du fait de l’approvisionnement des hôpitaux auprès d’un fournisseur unique. Les provinces doivent également tenir compte de la nécessité pour les fabricants de génériques de faire des investissements importants et d’entreprendre des contestations judiciaires risquées nécessaires pour la commercialisation rapide des médicaments génériques, plus économiques.

La prochaine étape dans l’amélioration de la viabilité des régimes d’assurance-médicaments publics et privés est l’accroissement du recours aux médicaments génériques, à moindre coût. On estime que chaque point de pourcentage supplémentaire dans l’utilisation des génériques représente une épargne de 262 millions de dollars. Aux États-Unis, les génériques servent à remplir 80 pour cent de toutes les ordonnances. Si on avait atteint ce pourcentage au Canada en 2011, notre pays aurait bénéficié d’une économie supplémentaire de 3 milliards de dollars.

Les premiers ministres disposent par ailleurs de certains autres moyens de réduction des coûts de santé. En Ontario, le rapport Drummond proposait certaines recommandations au sujet des produits pharmaceutiques, notamment : une prise de décisions fondée sur des données probantes en ce qui concerne le remboursement des nouveaux médicaments d’origine, autoriser les pharmaciens à substituer les produits prescrits par des produits moins chers, autoriser les pharmaciens à administrer des médicaments injectables et par inhalation ainsi qu’à prescrire des produits pour des affections bénignes. Ces options entraîneraient des économies beaucoup plus conséquentes que l’achat groupé de médicaments génériques d’ordonnance et le Conseil de la fédération devrait leur accorder la priorité.

L’Association canadienne du médicament générique et ses compagnies membres s’engagent à poursuivre leur collaboration avec les premiers ministres dans la mise sur pied de mesures ciblées visant à produire des économies pour les régimes d’assurance-médicaments provinciaux. »

À propos de l’Association canadienne du médicament générique
L’Association canadienne du médicament générique représente l’industrie canadienne du médicament générique. Elle joue un rôle important dans la limitation des coûts du système de santé canadien. En effet, les médicaments génériques servent à remplir plus de 60 % de toutes les prescriptions, mais comptent pour moins de 24 % des 22 milliards de dollars que les Canadiens dépensent annuellement pour leurs médicaments.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :  

Daniel Charron
Directeur – Québec
Association canadienne du médicament générique (ACMG)
Tél. : (514) 286-6061
Courriel : daniel@generiquescanadiens.ca
Site Web : www.generiquescanadiens.ca